Ce lundi 14 novembre après-midi, j’ai participé au lancement du projet de modern

[ad_1]
Ce lundi 14 novembre après-midi, j’ai participé au lancement du projet de modernisation et de revalorisation de l’hôpital de SAINT-VALLIER.

Ce projet tant attendu est l’aboutissement de longues démarches. Il permettra de conforter le site et d’en assurer la pérennité après les inquiétudes qui ont émergé ces dernières années.

Le site hospitalier de SAINT-VALLIER a effectivement subi la fermeture du service des urgences à l’été 2018 puis de nuit à partir de cette date ainsi que la fermeture partielle du service de Médecine Physique et de Réadaptation.

Je me réjouis qu’un tel projet puisse voir le jour.

Il consacre une démarche partenariale entre l’Etat et les différentes collectivités locales dans le cadre du nouveau statut d’Hôpitaux de Proximité.

Les Hôpitaux Drôme Nord sont donc associés à l’Agence Régionale de Santé et à l’Etat mais aussi au Département de la Drôme et à la Communauté de Communes Porte de Drôme Ardèche pour le financement de ce projet.

Je défends, depuis 2017, une politique ambitieuse en faveur des petites structures hospitalières qui maillent le territoire et soutiens plus particulièrement le site de SAINT-VALLIER.

Je salue le lancement de ce projet de modernisation. Avec celui-ci, ses demandes répétées en faveur des Hôpitaux Drôme Nord auprès de l’ARS, du Gouvernement et en particulier des Ministres de la Santé trouvent satisfaction.

Ce projet d’investissement de 15 millions d’euros sur 4 ans est financé pour partie par l’enveloppe décidée en novembre 2021 qui avait prévu 4 millions d’euros en faveur de la modernisation et de la pérennisation du site de SAINT-VALLIER, 13 millions d’euros pour moderniser le service des urgences et 13,4 millions d’euros de reprise de la dette des Hôpitaux Drôme Nord.

La défense des hôpitaux de proximité est une de mes principales préoccupations.

Notre hôpital de SAINT-VALLIER avait besoin de cet investissement qui envoie le signal d’un réinvestissement en sa faveur. C’est une excellente nouvelle car cela permettra d’améliorer la qualité de la prise en charge des patients et assurera la pérennité du site.

Je redoutais que les fermetures de services d’urgences et autres spécialités hospitalières fassent, à terme, peser le risque d’une disparition de certains hôpitaux, comme notre hôpital de SAINT-VALLIER. Ce serait une évolution inacceptable qui accentuerait la désertification médicale.

Dans le cadre de mon mandat de Députée, je n’ai ainsi cessé de me battre pour mettre un terme au délitement progressif des petites structures hospitalières. Je défends le maintien d’un maillage dense de l’hôpital public dans les territoires pour offrir une santé de proximité qui me semble vitale.





[ad_2]

Source