Vote de confiance au gouvernement – 15 juillet 2020

[ad_1]

Ce mercredi 15 juillet, j'ai souhaité ne pas accorder sa confiance au Gouvernement de Jean CASTEX.

Je souhaite ainsi signifier par ce vote le manque d'ambition du nouveau Gouvernement alors que la politique menée dans notre pays depuis 3ans a échoué.

Celui-ci semble toujours mal armé pour faire face aux enjeux considérables auxquels il devra répondre : crise économique post-Covid, crise du système de santé, fractures de la société française, insécurité, tensions internationales, etc.

La feuille de route qui a été présentée par Jean CASTEX dans son discours de politique générale reste ainsi trop vague pour être crédible.

La crise sanitaire n’excuse pas tout et ne doit pas nous faire perdre de vue la réalité du bilan de cette majorité. Qui peut dire aujourd’hui que notre pays est plus prospère, plus sûr, plus fraternel, plus solidaire qu’il y a 3 ans ?

Elle consacre enfin la déconnexion de la politique proposée par Emmanuel MACRON et son Gouvernement avec la réalité vécue par les Français. Alors que le pays est traversé par de nombreuses crises, la première réforme inscrite à l'ordre du jour par ce Gouvernement est celle de la bioéthique !

Ce vote contre est également la traduction des doutes concernant la composition d'un Gouvernement très hétérogènes avec de nombreuses voix discordantes en son sein. Un exécutif composé en grande majorité des mêmes ministres que le Gouvernement Philippe. Pour la Députée de la Drôme c’est le constat cinglant des limites « en même temps ». Tout oppose par exemple Barbara POMPILI ou Marlène SCHIAPPA et Gérald DARMANIN qui devront pourtant travailler ensemble.

Ce remaniement apparait donc comme une simple opération de communication. Nous avons effectivement un Gouvernement avec un nouveau Premier ministre mais avec les mêmes acteurs et la même politique.

Le nouveau Gouvernement s'inscrit donc dans la continuité de l'accumulation des échecs et déceptions que l'on observe depuis trois ans.

Il faut en finir avec 3 ans de hausses des taxes et d’impôts. Il ne fallait pas augmenter massivement la CSG sur les retraités, augmenter la taxe sur les carburants, en réduisant le pouvoir d’achat des plus modestes et des Français qui travaillent, prendre des mesures qui fracturent les territoires comme les 80km/h.

C'est ce constat qui a motivé mon vote contre aujourd'hui alors que je me suis abstenue précédemment. Il fallait passer des paroles aux actes, cette nouvelle déclaration de politique générale n’est finalement que des nouveaux mots. Dont acte !




[ad_2]

Source